Pierrot Men

 

Infiniment sensible et poétique, l’œuvre de Pierrot Men est polymorphe. Documentaire, ethnographique, baignée d’humanité, elle a grandi à l’abri des regards depuis les années 70 pour constituer la somme considérable qu’elle est devenue aujourd’hui.

 

Souvent rapides, condescendantes et franco-centrées, héritage colonial sans doute, les inévitables références à quelques noms reconnus ont servi de repères aux rares textes critiques la concernant. Mais force est de constater qu’une analyse profonde de l’œuvre nous projette dans des sphères bien plus larges qui l’inscrivent d’emblée dans l’histoire de la photographie et nous conduit à considérer Pierrot Men comme familier des plus grands.

 

Même s’il a fait de rares escapades dans des territoires lointains, au Maghreb et en Europe  par exemple, il est avant tout  l’observateur, le chroniqueur, le chantre aussi de son île-continent : Madagascar.  Son attachement pour cette terre, l’amour que l’on devine infini pour son peuple, éclatent dans chacune de ses images et font de chacune d’elles une pépite de tendresse et de poésie dans une inestimable et pudique retenue.

 

Mais au-delà, lorsqu’on regarde par exemple ce portrait de dos de « l’homme aux bananes », les frontières, les limites, les références volent en éclat et une simple image, posée dans sa fragilité à la surface sensible d’un film photographique nous sidère de toute sa puissance.

 

Et nous voilà, sans coup férir, projetés dans l’universelle et intemporelle beauté… 

 

Jean Marc Tingaud

6 mai 2019

 

 

Sur une proposition de Malalatiana Robinson 

Commissaire d'exposition : Jean Marc Tingaud

 

 

Dossier de presse de l'exposition : 

5 web.jpg
Abonnez-vous à notre newsletter !

© 2025 par Galerie Lee

9, rue Visconti 75006

Métro : Saint-Germain-des-Prés

0143251498

  • Black Facebook Icon
  • Black Instagram Icon