01 web.jpg
Logo Site blanc.png

ESKA KAYSER
LES OPALINES

09.11
>27.11.2021

 

logo-instagram-noir-2_edited.png

Actuellement

01 web.jpg

ESKA KAYSER

 
Vernissage
Mardi 9 novembre 2021

de 18h à 21h

LES OPALINES

09.11
>27.11.2021

 

Fidèle à elle-même, la dernière production artistique d’Eska Kayser (2020-21) continue de relever plusieurs défis : celui de la privation d’atelier (confinement oblige), celui du changement de support (radiographie médicale en lieu et place de la toile de lin), celui de la technique (huile sur acrylique, ciment et colle, craquelures nées du feu), celui des illusions réinventées (le corps transparent suscitant de nouvelles représentations), celui enfin de la couleur imposée par le cliché (bleu métallisé) qui contraste avec le grain et les coups de peinture.

Plus que jamais, Eska nous étonne et nous donne à voir des formes et des superpositions de plans très singulières : un couple de danseurs tournoie autour d’un rachis, un arum jaillit d’un fémur, des anges tutélaires surgissent d’un bassin. On revient aux sources du surréalisme façon Lautréamont, c’est « beau comme la rencontre fortuite sur une table de dissection d'une machine à coudre et d'un parapluie. »

Son goût pour le vaporeux est comblé par l’image irradiée d’os, d’organes ou de tissus mous dont elle joue pour introduire le mouvement, réalisant ainsi une impressionnante scénographie où des figures flottent dans un onirique ballet.











Matité et brillance des noirs, déclinaison de bleus, verts et ocres côtoient des couleurs plus vives qu’à l’ordinaire au service de surprenantes métamorphoses : la robe du cheval ou du taureau est jaune, celle du cervidé bleue.


Ce dernier travail, véritable corps à corps avec la contrainte, s’affirme comme la quintessence d’une vie d’artiste plasticien : simplicité, acuité et poésie habitent ces images dont se dégage une émotion nouvelle, libérée de la difficulté d’être femme et affranchie de toute forme de combat.
Un apogée, en somme.

Anne STEINBERG-VIEVILLE
(juin 2021)